Les professionnels invités pour accompagner La Création de Haydn

Bienvenue à Gilone Gaubert-Jacques, Physs, Valérie Masset et Jean-Marc Philippe.

Pétris de talent, toniques et généreux,  ils accompagneront l’orchestre et les danseurs conviés sur la production de la Creation de Haydn.

Diplômée du Conservatoire Régional de Bordeaux en piano (1er prix), Gilone Gaubert-Jacques étudie parallèlement le violon, notamment avec Robert Papavrami, puis Maryvonne Le Dizès au Conservatoire Régional de Boulogne-Billancourt où elle obtient un 1er prix à l’unanimité.

Admise dans la classe de violon de Devy Erlih au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSM), elle en sort en 1995 récompensée par le diplôme de Formation Supérieure. Puyis, passionnée par l’interprétation du répertoire de musique ancienne sur instruments d’époque, elle approfondit cette spécialisation auprès de Patrick Bismuth et Christophe Rousset au CNSM de Paris et y obtient en 1998 le diplôme de Formation Supérieure.

 Depuis 2005 elle est violon solo de l’ensemble Les Talens Lyriques dirigé par Christophe Rousset. Elle est par ailleurs invitée comme violon solo par Le Parlement de Musique de Martin Gester ainsi que par Le Poème Harmonique de Vincent Dumestre. 

Elle a aussi régulièrement joué avec l’ensemble Amarillis (Héloïse Gaillard) La Petite Simphonie (Daniel Isoir) et La Chambre Philharmonique (Emmanuel Krivine) 

Membre fondateur du Quatuor Ruggieri, quatuor à cordes spécialisé dans le répertoire classique et romantique sur instruments d’époque dont deux enregistrements discographiques dédiés à George Onslow, ont reçu l’accueil très favorable de la presse.

 Avec Les Heures du Jour, créé en 2016, elle s’offre la possibilité de se produire dans diverses formations de musique de chambre, parcourant les répertoires depuis la période baroque jusqu’au romantisme, et pour lequel elle effectue également un travail de transcriptions et arrangements, dont le premier projet réalisé est le cycle intégral Die Winterreise de Schubert dans une version pour quatuor à cordes et Baryton.

Gilone joue sur des violons de Jacques Boquay, Paris, 1715, Alessandro Mezzadri, Ferrare, 1720, et Joël Klepal, Paris 2016.

 

Depuis le début de sa carrière, le but de Philippe  Almeida alias Physs est de promouvoir la culture hip-hop sous ses différentes formes mais particulièrement la danse qui rythme sa vie depuis plus de quinze ans.De1998 à 2001, le jeune danseur fait ses classes au sein de la compagnie Boogi Saï avec les chorégraphes MaxLaure Bourjolly et Alex Benth. Il y fait la connaissance de Francis Keopaz M’Bida qui l’initie au new school hip-hop, appelé aussi new style et devient membre du collectif Section C.

Avec Paul Ereck N’jonga, il remporte ses premiers battles dont le Juste Debout dans la catégorie hip-hop en 2005. La même année, il collabore avec le chorégraphe Sébastien Lefrançois en intégrant la compagnie Trafic de Styles. Philippe se lance alors dans l’industrie des émissions télévisées, notammentpour la Star Academy, le Hit Machine, Top of the Pop et Vivement Dimanche. 

Il danse également pour différents artistes tels que Mariah Carey, Tom Jones, Ophélie Winter et collabore avec des chorégraphes tels que Kamel Ouali, Stéphane Jarny et Norma Claire. 

Riche de ses expériences dans le milieu underground, il met à contribution ses compétences et son expertise dans de nombreux projets comme Section Show Team, ainsi que dans la transmission : cours réguliers, masterclass à l’international, accompagnementet relectures chorégraphiques.

 

Animée d’une passion profonde pour les arts vivants, Valérie Masset évolue professionnellement en tant qu’interprète, chorégraphe et professeur de danse.

Passionnée par la danse dès son plus jeune âge, elle se forme à l’UFRSTAPS de Lyon, à l’Institut de coaching intégratif et au CNSMD de Lyon. Aussi à l’aise en danse jazz que contemporaine, la jeune femme rejoint les compagnies DK59, le Armstrong Jazz Ballet et Sucré-Salé. Elle en profite également pour danser dans plusieurs comédies musicales, Les Demoiselles de Rochefort, La rue Zabym, Camille C ou encore Roméo et Juliette.

Elle côtoie également l’opéra aux côtés des chorégraphes Laura Scozzi, Mathieu Guilhaumont et Philippe Giraudeau notamment dans La chauve souris, Platée, Hansel et Gretel , La Traviata, Rusalka à l’Opéra Garnier et à l’Opéra Bastille de Paris.

Jeune chorégraphe, elle assiste de  2006 à 2011 la chorégraphe Karine Saporta sur ses projets de reprise. Elle a signé depuis les chorégraphies des spectacles XY, Musical Suspect,  Swinging Life, Wild Soul pour le Jeune Ballet Européen et des spectacles musicaux tels Musical suspect, L’autre histoire de Babel, Swinging life, 50 et des nuances, ou Ginger Circus.

En 2016 elle a joué le rôle d’Isabelle dans le film Sur quel pied danser de Kostia Testut et Paul Calori, chorégraphie : Nasser Martin Gousset.

Parallèlement, son parcours en tant que pédagogue se dessine. Titulaire du D.E. et du C.A. de professeur de danse, elle enseigne au sein de plusieurs centres de formation professionnelle dont l’Académie internationale de la danse et le C.F.A. Danse Chant Comédie et le Studio Harmonic à Paris.

 

Après un cursus de hautbois moderne, Jean-Marc Philippe se consacre aux instruments anciens. Il étudie le hautbois baroque et classique auprès de Michel Henry au CRR de Paris et CNSM de Lyon où il obtient un 1er prix.

Passionné par l’évolution de l’instrument, il explore également le répertoire romantique sur les instruments originaux qu’il prend plaisir à restaurer.

 Sollicité par de nombreux orchestres européens : Le Concert d’Astrée, Les Talens Lyriques, La Chambre Philharmonique, L’orchestre des Champs Elysées, L’Amsterdam Baroque Orchestra, B’Rock.. Il devient également  en 2014 le 1er hautbois d’Insula Orchestra.

En 2006, Il crée l’Ensemble A Venti, Octuor à vent renouvelant la tradition des Harmoniemusik du 18ème siècle. Leur enregistrement de la transcription de l’Enlèvement au Sérail de Mozart a été salué par la critique.

Désireux de partager son expérience et son enthousiasme, Jean-Marc Philippe accorde une place importante à la pédagogie et aux rencontres avec le jeune public. Régulièrement invité comme formateur à l’académie de Saintes, il enseigne aujourd’hui les hautbois anciens au CRD d’Orsay et au CRR de Versailles.